Le bilan psychométrique

Vulgairement appelé Test de QI. Chez l’enfant et l’adolescent.

Tout d’abord, il convient de rappeler que le bilan psychométrique est un des outils du bilan psychologique. Les données cliniques recueillies durant la passation des épreuves bâtissent le tableau clinique permettant au psychologue de comprendre sans jamais juger, le contexte psycho-affectif de l’enfant ou de l’adolescent lors de son développement.
Cette approche clinique permet d’envisager une relation d’aide, si nécessaire, avec un thérapeute.

Dans un second temps, le psychologue clinicien spécialisé en développement et en troubles des apprentissages interprète les données chiffrées au plan cognitif.
L’intérêt du bilan psychométrique réside alors dans l’observation fine et l’analyse des résultats aux différents subtests et indices.

Très souvent, les différences de notes dans une échelle et entre échelles s’avèrent importantes signant ce que l’on appelle des dysharmonies cognitives.
On considère que lorsqu’il y a plus de trois différences significatives entre indices, il y a une telle hétérogénéité des performances que la note globale (QIT) ne doit pas être calculée et interprétée car non significative.

bureau_clerteau

La notion et le terme de QI doivent donc être employés avec beaucoup de précaution et de discernement tant l’efficience et la maturation peuvent être fluctuantes et dépendantes de nombreux facteurs au cours du développement de l’enfant et de l’adolescent.
Les tests psychométriques peuvent s’avérer indispensables pour des problématiques spécifiques comme les troubles des apprentissages (Trouble du langage écrit et de la lecture de type dyslexie, dyspraxie visuo-spatiale ou gestuelle, dysphasie, trouble de l’attention).

Enfin, l’utilisation de tests à vocation neuro-psychologique peut permettre de calculer un indice d’efficience intellectuel non verbal pour les enfants très jeunes ne possédant pas encore le langage ou ayant des difficultés.

eipLes enfants à Haut Potentiel qualifiés d’Enfants Intellectuellement Précoces (EIP, cliquer sur l’image ci-contre, à droite, pour visualiser le document rédigé par la MAIF) et appartenant à un tableau clinique particulier, souvent porteurs de dysharmonies cognitives marquées doivent faire l’objet d’un accompagnement et d’une attention toute particulière. Dans un cadre de prévention de troubles du comportement, ces enfants à « besoins éducatifs particuliers » doivent faire l’objet de la mise en place de plans de compensation susceptibles de les projeter vers une scolarité en lien avec leur potentiel intellectuel.